Valerio Adami

Biographie          Oeuvres disponibles

Valerio Adami est né en 1935, à Bologne, en Italie. Etudiant la peinture à l’Académie de Brera, à Milan à l’âge de 21 ans, il découvre rapidement à l’issue de cette époque teintée d’influences classiques et expressionnistes, son langage propre.

Extrêmement cultivé, il aborde à travers ses peintures souvent oniriques, l’association d’autres expressions artistiques et les influences entre elles, les auteurs et les œuvres de littérature, de musique, ou les voyages essentiels à son parcours.

Dessinateur avant tout, ses œuvres aux contours noirs rappellent la démarcation propre aux bandes dessinées ou aux vitraux tels que ceux qu’il réalise en 1984 pour le hall de la ville de Vitry-sur-Seine.

Inspiratrice d’écrivains et philosophes, son œuvre unique met en jeu l’histoire de la représentation, conjugue de grands aplats complexes «  d’un passé qui se mélange avec le présent dans l’illusion du futur », et dans les greniers de sa mémoire, recompose d’infinies combinaisons.

Vers la fin des années 60, Adami s’impose comme l’un des acteurs essentiels du mouvement de la Nouvelle Figuration.

Il fixe définitivement son style, découvre ce qui va devenir son langage d’artiste composé essentiellement de saisie d’éléments les plus ordinaires et d’un goût particulier du cadrage. Ses dessins d’études extrêmement déterminés, voire obsessionnels lui permettent une gestation préalable indispensable à l’acte de peindre.

Ses travaux reposent sur l’immédiateté du champ des couleurs, et la continuité du geste de la représentation, éléments confrontés en deux temps distincts, fondant la puissance singulière de cette œuvre.

Jean CORBU, Valerio ADAMI, Les années 60, 2012

Valerio Adami

Biographie

Oeuvres disponibles

Valerio Adami est né en 1935, à Bologne, en Italie. Etudiant la peinture à l’Académie de Brera, à Milan à l’âge de 21 ans, il découvre rapidement à l’issue de cette époque teintée d’influences classiques et expressionnistes, son langage propre.

Extrêmement cultivé, il aborde à travers ses peintures souvent oniriques, l’association d’autres expressions artistiques et les influences entre elles, les auteurs et les œuvres de littérature, de musique, ou les voyages essentiels à son parcours.

Dessinateur avant tout, ses œuvres aux contours noirs rappellent la démarcation propre aux bandes dessinées ou aux vitraux tels que ceux qu’il réalise en 1984 pour le hall de la ville de Vitry-sur-Seine.

Inspiratrice d’écrivains et philosophes, son œuvre unique met en jeu l’histoire de la représentation, conjugue de grands aplats complexes «  d’un passé qui se mélange avec le présent dans l’illusion du futur », et dans les greniers de sa mémoire, recompose d’infinies combinaisons.

Vers la fin des années 60, Adami s’impose comme l’un des acteurs essentiels du mouvement de la Nouvelle Figuration.

Il fixe définitivement son style, découvre ce qui va devenir son langage d’artiste composé essentiellement de saisie d’éléments les plus ordinaires et d’un goût particulier du cadrage. Ses dessins d’études extrêmement déterminés, voire obsessionnels lui permettent une gestation préalable indispensable à l’acte de peindre.

Ses travaux reposent sur l’immédiateté du champ des couleurs, et la continuité du geste de la représentation, éléments confrontés en deux temps distincts, fondant la puissance singulière de cette œuvre.

Jean CORBU, Valerio ADAMI, Les années 60, 2012